TUEZ QUI VOUS VOULEZ - Olivier Barde Cabuçon

Publié le par Auryn

Hiver 1759. Alors que s’élèvent les fusées multicolores d’un splendide feu d’artifice donné par le roi à son bon peuple de Paris, un inconnu est assassiné dans une ruelle. C’est le troisième jeune homme retrouvé égorgé et la langue arrachée. Mais cette fois, la victime est russe.
Le commissaire aux morts étranges se charge de l’affaire dans une atmosphère aussi singulière que les meurtres dont il a la charge : les miracles se multiplient au cimetière Saint- Médard, et des femmes se font crucifier dans des appartements discrets pour revivre les souffrances du Christ ; les rues de Paris s’enfièvrent à l’approche de la fête des Fous qu’un mystérieux inconnu invite à ressusciter ; la cour, quant à elle, est parcourue de rumeurs au sujet du mystérieux chevalier d’Éon, secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg et, dit-on, émissaire du Secret du roi, une diplomatie parallèle mise en place par Louis XV…
Les tensions s’exacerbent dans les quartiers populaires. Sartine, le lieutenant général de police, craint des débordements car le peuple est seul maître de la rue. Quant au moine, oubliant son âge, il semble se laisser gagner par l’esprit de cette antique fête, où les fous deviennent sages et les sages fous.
La royauté est menacée, les interdits transgressés. L’ordre social est-il en train de s’inverser ? Le commissaire aux morts étranges garde la tête froide et mène l’enquête.

 

Quelle fin d'année ! soupira le lieutenant général de police. Paris s'emballe pour la fête des fous, on égorge et on arrache la langue à des jeunes gens, on tue un émissaire secret de la Russie et voilà que ces damnés convulsionnaires remettent ça !

Extrait de "Tuez qui vous voulez" d'Olivier Barde Cabuçon

Cet extrait résume à lui seul l'intrigue des nouvelles aventures de notre commissaire aux morts étranges. Et je n'en dirais pas plus afin de ne rien dévoiler.
 
L'action reprend quelques jours après le précédent opus (Messe noire). On retrouve donc notre duo de choc, Volney et son assistant le moine hérétique, Sartine le chef de la police ainsi que l'Ecureuil et Hélène.
Une galerie de personnage auxquels je m'attache de plus en plus au fil des romans. Ma préférence allant bien sûr à Volney et au moine dont les dialogues et les répartis sont souvent très drôles.
 
Côté personnage historique, ils vont croiser cette fois-ci la route du Chevalier d'Eon. L'ambiguité sexuelle de ce dernier va d'ailleurs servir plusieurs fois l'intrigue.
 
Un polar historique que j'ai apprécié de bout en bout, pour ses personnages, son intrigue extrêmement bien ficelée (je n'ai franchement pas vu le dénouement arriver), mais également pour tous les petits détails historiques (coutûmes, mode de vie, lois...) propre au XVIII siècle qui nous sont distillés tout au long du roman. On s'intruit donc sans s'en rendre compte et avec beaucoup de plaisir.
Et comme d'habitude, j'ai hâte de retrouver notre commissaire aux morts étranges dans ses prochaines aventures;
 
Un grand merci à Olivier Barde Cabuçon et aux Editions Acte Sud pour cette lecture !
 

Publié dans Polars et Thrillers

Commenter cet article