LA MAIN DE LA NUIT - Susan Hill

Publié le par Auryn

« C’est alors que je sentis une petite main se glisser dans ma main droite, comme si un enfant s’était matérialisé à côté de moi dans l’obscurité pour s’en saisir. Elle était fraîche et ses doigts se replièrent avec confiance dans ma paume. Nous restâmes ainsi pendant un moment, ma main d’homme serrant la toute petite main. Mais l’enfant était invisible… »
Adam Snow, un libraire de livres anciens se perd dans la campagne anglaise et se retrouve dans le jardin d’une propriété qui semble abandonnée. Là, il ressent cette présence, menaçante…

 

Un grand merci à Audrey de LP-conseil et aux éditions l'Achipel pour cette lecture et m'avoir ainsi permis de découvrir cette auteure.
 
Un soir, en se rendant chez un client, Adam Snow se perd dans la campagne. Il va se retrouver à l'entrée d'une maison abandonnée dotée d'un immense jardin qu'il décide de visiter. Suite à cette promenade nocturne, il va ressentir une présence persistante près de lui. Une présence invisible et nuisible qui aurait tendance à le pousser à l'irréparable. 
Dès lors, Adam n'aura qu'une obsession, en apprendre plus sur l'histoire de cette maison abandonée afin de savoir qui est ce fantôme qui le suit partout....
 
Deuxième roman de l'auteure, mais premier que je lis. J'ai beaucoup apprécié le style de Susan Hill. L'écriture est fluide et le suspense monte crescendo. L'auteure nous livre petit à petit les détails de l'énigme, laissant le temps au lecteur de se faire tout un tas de scénarios possibles pour au final être bluffé !
 
Même si j'ai beaucoup aimé ce roman, j'ai quand même été un peu déçue par l'atmosphère. Je m'attendais à quelque chose de plus lourd, de plus angoissant. Mais l'auteure est restée dans le surnaturel soft. Mais bon cela ne gâche en rien la lecture de ce roman.
 
Au final, un roman court, au suspense intriguant qui m'a permis de découvrir l'univers de Susan Hill et qui m'a donné en vie de lire son premier roman "La dame en noir".

 

 

 

Publié dans Polars et Thrillers

Commenter cet article