LES CHASSEURS D'ECUMES [T.1 à 3] - Debois / Fino

Publié le par Auryn

Juin 1960, dans un train entre Quimper et Paris. Jos Gloaguen, la soixantaine chenue, va représenter les intérêts des pêcheurs de Bretagne Sud au comité interministériel de la sardine. Un voisin de wagon intrigué l'interroge : il s'est toujours demandé comment un si petit poisson peut susciter autant d'émois... Comment en 1924 les grèves des Pen Sardines, ces travailleuses des conserveries, ont pu avoir un tel retentissement national ! Jos Gloaguen sait bien lui, que la sardine est le blé de l’océan, et autant une affaire de passion que de survie…Alors il remonte dans ses souvenirs, pour raconter comment il a embarqué pour la première fois en 1901, âgé de 12 ans. Comment il est tombé amoureux de la mer à peu près en même temps que de Denise Guilcher, fille d'une famille ennemie. Comme leur existence était difficile, entre l'âpreté des sorties en mer, les caprices de la sardine et l'exploitation par les patrons des conserveries...

François Debois adapte le roman de Jean-Claude Boulard (maire du Mans) L'Épopée de la sardine, un siècle d'histoires de pêches, et nous raconte comment ces familles de pêcheurs à la vie rude ont acquis, sur plusieurs générations et sur tout le XXe siècle, une dimension héroïque, politique et romanesque. Serge Finot donne crédit et vie à ces Bretons de la mer, inscrivant dès le premier tome Les Chasseurs d'écume dans la lignée des grands feuilletons historiques et familiaux, comme Les Maîtres de l'orge.

 

1901 - Jos 12 ans et commence son apprentissage de pêcheur sur le bateau de son père.
Il habite Douarnenez, un village de Bretagne qui vit de la pêche à la sardine.
Nous allons le suivre sur plusieurs décennies et traverser les épreuves avec lui.
 
De la cris de la sardine, en passant par la première guerre mondiale, ces trois premiers tomes relate une partie de l'histoire bretonne.
Au début du XX ème siècle, Douarnenez a dû faire face à une "crise de la sardine" lorsque ces poissons ont déserté les cotes bretonnes. Et donc plus de rentrer d'argent, aussi bien pour les pêcheurs que pour les ouvriers des usines de conserves.
Quelques années plus tard, ce fut l'inverse. Un excédent de poissons qui fit chuter les prix...
 
J'ai beaucoup apprécié cette histoire, basée sur des faits réels et méconnus pour moi.
Les illustrations représente bien l'époque et le dur labeur des pêcheurs et aux risques encourus.
En suivant le personnage de Jos sur plusieurs années (ici deux décennies), on rend mieux compte des us et coutumes des pêcheurs et du lourd héritage qu'il laisse derrière eux.
 
Sur fond de rivalité familiale, je ne peux que vous conseillez de découvrir cette histoire très intéressante et j'ai hâte de me plonger dans les tomes suivants pour connaître le destin de Jos.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article