LE BAL DES FOLLES - Victoria Mas

Publié le par Auryn

1885 : comme chaque année, à la Salpêtrière, se tient le très mondain « bal des folles ». Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Cette scène joyeuse cache une réalité sordide : ce bal « costumé et dansant » n’est rien d’autre qu’une des dernières expérimentations de Charcot, adepte de l’exposition des fous.
Dans ce livre terrible et puissant, Victoria Mas choisit de suivre le destin de ces femmes victimes d’une société masculine qui leur interdit toute déviance et les emprisonne. Parmi elles, Geneviève, dévouée corps et âme au célèbre neurologue ; Louise, abusée par son oncle ; Thérèse, une prostituée au grand cœur qui a eu le tort de pousser son souteneur dans la Seine ; Eugénie enfin qui, parce qu’elle dialogue avec les morts, est envoyée par son propre père croupir entre les murs de ce qu’il faut bien appeler une prison.

La Salpêtrière est en ébullition, les "internés" se préparent pour "Le bal des folles". Tous les ans, pour mi-carême, l'hôpital ouvre ses portes et le "gratin parisien" se mélange aux "protégés" de Charcot le temps d'une soirée.
 
On va faire la connaissance de quatre femmes que la vie a bien malmené, jusqu'à les conduire dans l'antre de la folie.
Il y a Thérèse, une ancienne prostituée, qui est là depuis plus de 20 ans ; Louise, une jeune fille de 17 ans, qui après avoir été abusée par son oncle, s'est mise à faire des crises d'hystérie ; Eugénie, la dernière arrivée, "internée" par son père car elle a osé confié que les morts lui parlaient ; et la dernière, Geneviève, infirmière à la Salpêtrière depuis de nombreuses années, qui veille sur tout ce petit monde.
 
Ces quatre personnages féminins sont très touchants, tant par leur histoire de vie que par ce qui leur arrive.
Pendant ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec aujourd'hui. La plus grande avancée, c'est que maintenant il n'y a plus d'internement abusif et que les femmes ne sont plus "soumises" à leur père ou mari. 
Mais d'autres aspects n'ont guère changé comme pas exemple la violence masculine envers les femmes.
 
Un très bon roman à lire et à méditer.

Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article