LA CONJURATION PRIMITIVE - Maxime Chattam

Publié le par Auryn

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France.
D’un endroit à l’autre, les scènes de crime semblent se répondre. Comme un langage ou un jeu.
Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ?
Très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition.
Pour mettre fin à cette escalade de l’horreur, pour tenter de comprendre, une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive au cœur des pires déviances de la nature humaine.
 
Avec la Conjuration Primitive, Maxime Chattam renoue avec le style qui a fait son succès.
 
Il nous entraine ici au coeur du mal, sur un réseau de sérial killer. Les meurtres s'intensifient et se répandent à travers le monde.
L'équipe de gendarmerie chargée de l'enquête aura fort à faire pour débusquer les tueurs, comprendre leur mobile mais surtout pouvoir les arrêter à temps.
 
Les chapitres courts donnent un rythme haletant au récit. Les personnages sont des plus attachants (certains plus que d'autres) et on vit vraiment avec eux les avancées de l'enquête.
Le récit est divisé en trois parties : l'enquête menée par Alexis Timée, responsable de la brigade, puis celle menée par Ludivine son adjointe et enfin l'enquête vue par les meurtriers.
Tout au long de la lecture  on passe par tout un éventail d'émotions : le rire, la peur, le dégoût ou encore la stupéfaction (à plusieurs reprises je me suis dit "oh non pas ça"," il a pas osé faire ça !"...)
 
Vous l'aurez compris, Maxime Chattam aime jouer avec ses personnages mais aussi avec ses lecteurs.
J'ai beaucoup aimé les petits clin d'oeil disséminés par ci par là dans le récit, ainsi que le personnage surprise de la fin. 
Des petites choses qui apportent un peu de légèreté à l'intrigue basée sur un thème très dur. Et le dernier chapitre nous amène à réfléchir sur la violence et son origine.
 

Publié dans Polars et Thrillers

Commenter cet article