VIENNE LA NUIT, SONNE L'HEURE - Jean Luc Bizien

Publié le par Auryn

Vienne la nuit sonne l'heureQu'est-ce que la violence ? Une question singulière à laquelle l'alieniste Simon Bloomberg va chercher à répondre... pour son plus grand maheur. Au fil des jours, les troublantes confessions de ses patients révèlent leur part de cruauté la plus sombre. Dès lors, le praticien est plongé à son tour dans un tourbillon de fureur, au risque de se perdre lui-même au coeur des ténèbres.

Quand un psychiatre est pris dans l'engrenage de la violence.

 

Troisième volet des aventures de l'aliéniste Simon Bloomberg, assez différent des premiers, mais qui suit une certaine logique.
Avec "La chambre mortuaire", on faisait connaissance avec les personnages en assistant aux circonstances de leurs rencontres. Dans "La main de la gloire", l'auteur nous en apprenait plus sur l'époque, le Paris de la fin du XIX ème siècle, les us et coutûmes.
Les choses étant posées, il ne restait plus qu'à l'auteur à nous faire découvrir le métier d'aliéniste, profession de son personnage principal.

 

Dans cet opus, nous découvrons donc Simon Bloomberg dans son rôle de médecin, dans une spécialité médicale qui n'en est qu'à ses débuts et où les praticiens avance un peu à l'aveugle.

Parmi ses patients, deux vont lui donner du fil à retordre et le confronter à quelques formes de violence. On pourra en distinguer trois : la violence comme mode de légitime défense, la violence induite par certaines maladies mentales non reconnues à l'époque (la voix dans ma tête m'a dit que...), et pour terminer la violence à l'état brut, la plus cruelle et la plus difficile à expliquer.

 

L'auteur nous explique ces différents aspects à travers des évènements ou situations auxquels il confronte ses personnages. Cette fois-ci, pas de meurtre à élucider, mais un mystère à résoudre. Que cachent ses patients ? Pourquoi tant de violence en eux ? C'est ce que SImon va tenter de découvrir.

 

Je m'arrête là dans les explications, en espérant ne pas en avoir trop dit.

J'ai retrouvé avec joie Simon, Sarah, Ulysse et tous les autres personnages récurrents. Découvrir Simon dans l'exercice de son métier est des plus intéressant, surtout que le récit nous fait partager ses interrogations et ses réfléxions au fur et à mesure des entretiens avec ses patients. Et j'espère que ça n'est qu'un début.

 

Un livre des plus addictif et qui se lit d'une traite.

 

Un grand merci à Plume Libre, aux Editions 10-18 et à Monsieur Bizien himself, de m'avoir permis de lire ce livre.

Et pour d'autre avis c'est ici et là.

Publié dans Polars et Thrillers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

taylor 23/06/2012 19:29

Ah Simon !! Je trouve que c'est un opus très sombre mais j'ai adoré.

Auryn 23/06/2012 21:23



Oui, celui-ci est plus axé sur la psychanalyse avec un thème assez dur. Mais encore une fois, c'est un excellent opus.


J'aime beaucoup l'évolution du personnage au fil de ses aventures.