LA ROUTE DU CAP - Jennifer McVeigh

Publié le par Auryn

http://www.images-booknode.com/book_cover/2901/la-route-du-cap-2901232-250-400.jpgFrances, une jeune bourgeoise soudain privée de ses biens, abandonne Londres pour l’Afrique du Sud à la fin du XIXe siècle. Elle a accepté d’épouser Edwin Matthews, un médecin idéaliste qu’elle connaît à peine. Dans le paquebot qui la conduit au Cap, elle s’éprend de l’ambitieux William Westbrook et s’imagine qu’elle pourrait retrouver avec lui ses privilèges. D’une ferme perdue au coeur du veld à la capitale minière de Kimberley, où courent des rumeurs d’une épidémie de variole, elle découvre la rude existence des colons et comment, dans les mines de diamant, des fortunes se font au prix de la vie humaine. Au coeur de cette Afrique cruelle et fascinante, Frances devra faire un choix entre devoir et passion.

 

A la mort de son père, Frances Irvine se retrouve sans le sous et n'a d'autre choix que de se marier avec un cousin éloigné et de partir le rejoindre en Afrique du Sud où il exerce en tant que médecin.
Mais la jeune anglaise, qui a grandi dans un cocon, n'est pas du tout préparé à la vie africaine et l'adaptation va se révéler des plus difficile...
 
Une chose est sure, c'est que la route qui mène au Cap fut trèèèèès longue.
 
En tant normal, j'aime beaucoup ce style de roman.
Une jeune anglaise qui émigre en terre inconnue au moment de la colonisation du pays en question et qui fait tout pour s'adapter à son nouvel environnement et qui finit par triompher à force d'acharnement. Voilà ce à quoi je m'attendais avec ce roman (un peu dans la veine des romans de Tamara McKinley).
Et la déception fut rude. Tout au long du roman l'héroïne, Frances, s'est posée en victime. Elle a "subi" la mort de son père, subi un mariage de convenance, subi les conditions de vie en Afrique du sud...
A aucun moment (du moins dans les 3/4 du livre), elle n'a cherché à s'adapter.
Et quand finalement elle sort de sa léthargie, après avoir subi plusieurs désillusions, il est un peu tard pour changer le cours des choses.
 
Déception donc pour ce roman qui n'a pas répondu à mes attentes (sauf dans les 100 dernières pages). L'histoire a pourtant un gros potentiel car elle aborde beaucoup de sujets intéressants (les mines de diamant, l'épidémie de variole, les conditions de vie dans colons anglais et des aborigènes) qui auraient mérité d'être plus approfondis.
 
Lecture comptant pour les challenges Plume Libre suivants :

 

http://www.plume-libre.com/challenge/monde.png

 

http://www.plume-libre.com/challenge/coup.pnghttp://www.plume-libre.com/challenge/plume.png

 

 

 

Publié dans Romans

Commenter cet article